RENDEZ-VOUS DE WEIMAR AVEC L’HISTOIRE
DU 25 AU 27 NOVEMBRE 2016
CROYANCES – SAVOIR – VALEURS

conférences – films – tables rondes – ateliers – exposition – concerts

Qu’est-ce qui peut réconforter une personne ? Qu'est-ce qui fait tenir la société ? Qu'est-ce qui donne un sens à la vie ? En quoi croyons-nous ? Et dans quelle mesure la forme et le contenu de nos croyances ont évolué ? Voici quelques-unes des questions fondamentales que se pose la nouvelle édition des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire.

En général, les questions de croyance nous semblent existentielles et nous les considérons sous l’angle de la foi religieuse. Les religions sont aussi anciennes que l'humanité et sont soumises à d’incessants changements historiques. Les religions ne se caractérisent pas uniquement par le fait qu’elles proposent une cosmogonie sur l'origine et le destin du monde, de la nature et des êtres humains, mais également par le fait qu’elles représentent les principales sources de normes et de valeurs dans les sociétés traditionnelles. Dans une société religieusement homogène, la croyance partagée en cette cosmogonie et en ces valeurs basées sur la religion en assure la stabilité.
Mais la co-existence dans le monde de confessions et religions différentes est source de nombreuses tensions, de conflits et de guerre dès que différents systèmes de croyance se heurtent les uns aux autres. De fait, les religions n’ont pas toujours un effet unificateur, bien au contraire. La tolérance et la liberté religieuses sont les principales leçons que l’Europe a tirées après des siècles d’un conflit sectaire amer. Mais elles ont scellé en même temps la perte de l'autorité religieuse étant donné que les religions ne sont désormais plus en mesure d’imposer leurs réponses aux questions de foi.
De plus, le siècle des Lumières a commencé à semer le doute. La personne dont la foi est solide ne doute pas. Mais la Naturphilosophie issue du siècle des Lumières s’est mise en devoir d’infiltrer le pouvoir d’explication des religions. Peut-on vraiment croire ce que les religions affirment concernant l'origine du monde et des êtres humains ? Peut-on prouver l'existence de Dieu ? Et si les religions se trompent sur ce point, de quel droit prétendent-elles établir des normes contraignantes ? C’est ainsi que le siècle des Lumières a débouché sur un processus de sécularisation, pas seulement en ce qui concerne l’explication de la nature mais également la création des valeurs. Et c’est pourquoi nous vivons à l’heure actuelle dans une société laïque fondée sur des valeurs telles que la liberté et l'égalité – tout du moins dans sa propre compréhension d’elle-même –, valeurs qui ont beau avoir une origine religieuse mais peuvent très bien se passer des sources religieuses dans leur interprétation actuelle. Au-delà de ce consensus de base règne un pluralisme de valeurs qui fait que chacun est libre de croire en Jésus, Allah ou en ce qu’il veut.

Cependant et contrairement aux apparences, le chemin vers cette société n’a pas été sans embûches. De plus, on ne peut parler d'une société laïque au sens strict du terme. Premièrement, l'érosion du religieux a donné lieu à d'autres enseignements qui se réclamèrent également de détenir de manière exclusive l’explication et la représentation. Ainsi, le communisme ressemblait de beaucoup à une religion, jusque dans sa forme et ses fonctions, même s'il se prétendait strictement antireligieux. Tout comme le christianisme, il exigeait « des professions de foi » et persécutait les « hérétiques ».

Deuxièmement, nos sociétés actuelles ne sont pas laïques au point de faire de la religion une affaire purement privée. Notre culture politique, notre système économique et social, et même notre système de valeurs, se fondent à bien des égards sur une tradition spécifiquement chrétienne occidentale dont les caractéristiques et les influences varient fortement dans les différents pays européens. De plus, le fait qu’avec l'islam la religiosité est très pratiquée dans une grande partie de l’Europe pose de nouveaux défis à la coexistence séculière. Cependant, l'histoire européenne nous montre que ces défis ne sont pas nouveaux. La nouvelle édition des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire souhaite élargir la perspective historique que nous possédons en Europe et se pencher sur les réponses nombreuses et contradictoires que nous apportons à cette bonne vieille question existentielle.

Dans une société moderne, différenciée et pluraliste, les questions de foi ne peuvent plus être abordées uniquement comme des questions existentielles, tout simplement parce que la religion n'occupe plus la fonction centrale d’antan. La croyance et la confiance restent le ciment de l'action sociale. Ainsi, nous croyons que notre argent aura encore de la valeur demain. Nous croyons en la démocratie, aussi imparfaite soit-elle. Nous croyons en les droits humains. Nous croyons – même si nous ne voulons pas l'admettre – en la publicité (sinon elle n’aurait plus de raison d’être). Nous croyons dans les vertus de la presse lorsque nous sommes face à du bon journalisme. Nous croyons que l'électricité sortira encore de nos prises de courant demain et l'eau de nos robinets. Nous croyons le conseiller et l’expert, notre médecin et nos amis. Sans ces « croyances de base » dans les institutions et les êtres humains, les sociétés complexes ne pourraient pas fonctionner. Et parce qu’à la lecture des exemples précédents vous avez peut-être pensé au moins trois fois: « Oui... mais », il est clair que ces croyances quotidiennes connaissent une grave crise. C’est pourquoi cette édition des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire invite à une discussion critique tenant compte de la dimension historique des différentes formes de croyance quotidienne. Une discussion sur ce en quoi, en qui et pourquoi nous croyons.

 

Patronage :
Prof. Dr Rita Süssmuth, ancienne présidente du Bundestag
Philippe Etienne, ambassadeur de France en Allemagne
Prof. Dr Andrzej Przyłębski, ambassadeur de Pologne en Allemagne

La huitième édition des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire se penche sur les dimensions historiques et contemporaines du sujet. Tables rondes, conférences et films y sont consacrés.

 

A partir du lundi 21 novembre 2016

Atelier trilatéral pour élèves
En quoi croyons-nous ?
Un calendrier franco-germano-polonais pour 2017

Avec des élèves de Weimar, Blois und Cracovie
Sous la direction de Christine Scheller et Kai Sauer (Weimar), Anna Wellebrouck et Sylvie Henry-Chacun (Blois), Dorota Loos et Agata Reichert (Cracovie)
En collaboration avec l’OFAJ et les Rendez-vous de l’histoire de Blois
L’atelier a lieu à Weimar du 21 au 26 novembre.

Cinq élèves de chaque lycée réalisent en deux phases un calendrier pour l’année 2017. Ce calendrier est composé de 12 pages sur lesquelles ils consignent leurs résultats de manière créative et artistique.
Dans la première phase, les participants conçoivent un questionnaire leur permettant de se pencher sur différentes formes de croyance et de valeurs dans leur pays respectif auprès de leurs enseignants, camarades de classe, famille et amis.
Dans la deuxième phase, ces questionnaires sont évalués et discutés lors de leur rencontre à Weimar en petits groupes de travail trinationaux : En quoi croient les uns et les autres ? La foi et ses manifestations sont-elles différentes dans les trois pays, et si oui, quelle pourrait en être la raison ? Qu’est-ce qui est particulièrement important dans chaque pays et pourquoi ? Les résultats seront rendus sous forme de collages, dessins, photos, et éventuellement complétés par des citations littéraires ou des extraits des questionnaires. Le calendrier sera publié en trois exemplaires et présent dans les trois lycées l'année prochaine.

 

Mercredi 23 novembre 2016

5 minutes Croyances - Savoir - Valeurs
Slam poésie

23 novembre, 18 h – Mehrgenerationenhaus Weimar-West
Présentation: Andreas In der Au (Erfurt)

Ce soir, vous avez 5 minutes pour vous exprimer. Si vous souhaitez partager votre poésie, vous êtes les bienvenus sur notre scène. Croyances, savoir et valeurs sont les thématiques de notre concours de slam poésie. Le public couronne le texte le plus crédible, le plus sensé ou le plus précieux.
Atelier animé par l’association Highslammer e.V.
Inscription auprès de Susanne Heine : info@suhe-weimar.de

 

Jeudi 24 novembre 2016

Atelier trilatéral pour étudiants
Discussion publique
Siècle des Lumières, et après ?

Que reste-t-il du siècle des Lumières dans l’Europe du XXIe siècle ?
24 novembre, 18 h – Auditorium „Zur Rosen“ Université Friedrich Schiller d’Iéna
Prof. Dr Martin Sabrow (Potsdam), Prof. Dr. Alexander Schmidt (Iéna)
Présentation: Dr Andreas Braune (Iéna)
Avec des étudiants de Poznań, Paris et Iéna
sous la direction de Prof. Dr Michael Dreyer, Dr Andreas Braune, Dr Alice Volkwein, Dr Paul Maurice, Dr Jerzy Kolacki et Dr Katarzyna Woniak
Ecole d’hiver financée par l’Université franco-allemande et en collaboration avec
l’Université Friedrich Schiller d’Iéna
L’atelier a lieu à Iéna et Weimar du 23 au 26 novembre

Le siècle des Lumières est souvent considéré comme faisant partie d’un patrimoine européen commun. Cependant, on oublie trop souvent que le siècle des Lumières ne s’est pas déroulé de la même manière dans toute l'Europe. Il s’est manifesté différemment dans les différentes régions et même à l’intérieur de celles-ci, il a été divisé en plusieurs courants. De plus, les Lumières ne furent pas sans contestation. Néanmoins, il existe des éléments communs qui autorisent à penser qu’il y a bel et bien une sorte de canon de valeurs européennes. Ce canon existe-t-il encore aujourd'hui ? Est-il davantage que de belles paroles et discours de circonstance ? Cet atelier trinational et interdisciplinaire se penchera sur les points communs et les différences concernant l'origine et l'impact philosophique, politique, social et esthétique du soi-disant siècle des Lumières en France, en Allemagne et en Pologne.
Vendredi 25 novembre 2016

 

Discussion
Carte blanche Association Weimarer Republik e.V.
La République de Weimar, époque du modernisme classique – entre progrès et perte des valeurs

25 novembre, 14 h – Musée municipal Weimar
Dr Michael Makropoulos (Berlin), Dr Justus H. Ulbricht (Dresde)
En collaboration avec la Fondation Heinrich Böll de Thuringe

L’époque de Weimar est connue comme étant l’ère de la modernité classique où la société, libre des contraintes de l'Empire, a pu se tourner vers de nouvelles idées. La société de l’époque connut une phase de mécanisation, de rationalisation et d'accélération. L’essort des nouvelles technologies et des médias suscita l'espoir d'un avenir glorieux. Mais au tournant du siècle, plusieurs inconvénients du modernisme devinrent apparents : le déracinement des êtres humains ainsi que la fin des valeurs traditionnelles. Dans le même temps, d'autres modèles furent proposés qui se font encore sentir aujourd’hui. C’est notamment ce rapport ambivalent avec la modernité qui donne encore son actualité à l’époque de Weimar.


Promenade dans la ville
Carte blanche Association Weimarer Republik e.V.
La République de Weimar –
Sur les traces de la première démocratie allemande
25 novembre, 16 h
Rencontre : Foyer du Théâtre National de Weimar
Durée : environ 90 minutes
Promenade dans la ville accompagnée par des acteurs sur certains lieux historiques de Weimar
Avec entre autres Klaus Heydenbluth (Nordhausen), Heike Meyer (Weimar), Katrin Heinke (Erfurt), Fernando Blumenthal (Erfurt) und Gunthart Hellwig (Erfurt)
En collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert, bureau du Land de Thuringe

En 1919, l'Assemblée nationale siégea à Weimar pour créer officiellement la première république allemande et la doter d’une Constitution. Mais à l’issue de la Première Guerre mondiale, les conditions générales étaient défavorables. Pas étonnant que ces évènements furent jugés de façon très différente à Weimar ou ailleurs. Cette promenade dans la ville donne non seulement une idée de la tourmente de l'époque mais aussi de l’héritage de ce qui se créa à Weimar en 1919.

Cette promenade est proposée le 25 novembre à 10 h spécialement pour des classes à partir de 15 ans. Inscription auprès de M. Markus Hünniger, huenniger@weimarer-republik.net, Tél. (03643) 827-571 ou 572

 

Cérémonie d’ouverture
Lecture et discussion
Jutta Hoffmann lit des extraits de « Et puis après ? » de Hans Fallada
25 novembre, 18 h – Notenbank Weimar
Discussion avec Prof. Dr Michael Dreyer (Iéna) et NN
Présentation : Fritz von Klinggräff (Genève)
En collaboration avec l’association Weimarer Republik e.V.

« Je suis le mieux placé pour savoir ce que ça vaut », affirme Johannes Pinneberg, le jeune comptable pris dans l’engrenage de la République de Weimar en décomposition. Sa confiance dans le monde, il l’a perdue dès l’enfance et il ne croit plus qu’en cet argent qu'il ne possède pas. Mais même l’argent perd peu à peu de sa valeur...
Jutta Hoffmann nous emmène dans le Berlin de la fin des années folles avec sa lecture de « Et puis après ? » de Hans Fallada. Entre communisme et morale d’escrocs, McKinseyanisme de la première heure et culture du nudisme, un monde est en quête de repères.
La lecture est accompagnée d’une discussion de la simultanéité de l’incomparable : dans quelle mesure peut-on trouver des éléments de l’année 1930 en 2016 ?

 

Soirée musicale
Perles, fourrures et pierogi
Karolina Trybała interprète des chansons françaises, allemandes et polonaises des années 1920

25 novembre, 20 h – Notenbank Weimar
en coopération avec l’Institut polonais de Berlin, antenne de Leipzig

La musicienne de jazz formée en Pologne se lance sur les traces de l'Europe des années 1920 où la culture fleurissait et était plus cosmopolite et variée que jamais. Malgré les zones d’ombres, ce fut une période de renouveau pour les artistes, pleine d'espoir et de vitalité, une époque européenne, libérale, audacieuse et extrêmement créative. Avec humour, esprit et profondeur, Karolina Trybała célèbre le passé tout en créant ses propres adaptations, inimitables et passionnées. En polonais, allemand, français et yiddish, elle interprète des chansons et des airs populaires chantés dans les salons et les cabarets de Lviv, Varsovie, Berlin et Paris – des tangos de Jerzy Peter Burki aux klezmer classiques en passant par le swing de Django Reinhard ou encore les chansons folkloriques polonaises.

 

Samedi 26 novembre 2016

Table ronde
Symboles religieux dans l’espace public
26 novembre, 10 h – Librairie Eckermann Weimar
Dr Janine Ziegler (Potsdam), Eva Lajarige (Nancy), Dr Robert Żurek (Krzyżowa)
Présentation : Dr Andreas Braune (Iéna)

Effrayée par la « crise des réfugiés » et les menaces terroristes, l’Allemagne a débattu d’une interdiction générale de la burqa alors que certaines municipalités du sud de la France interdirent directement le burkini sur leurs plages. En réalité, il ne s’agissait là que des nouvelles étapes d'un conflit de longue date. Dans les pays occidentaux, les esprits s’échauffent régulièrement quant à la question de savoir si et comment la religion doit être autorisée dans l'espace public, à quel point la neutralité religieuse de l'État est nécessaire et où poser les limites à la liberté du culte religieux. Ces pommes de discorde sont toujours le reflet de la culture politique dominante d’un pays et de son rapport à la religion. La laïcité française est complètement différente de la simple séparation de l'église et de l'Etat en Allemagne ou encore du rôle important que joue le catholicisme dans des pays comme la Pologne et l’Italie.

 

Table ronde
Quel rôle peuvent jouer les intellectuels et leurs visions d’avenir dans la société actuelle ?
26 novembre, 12 h - Librairie Eckermann Weimar
Prof. Dr Gangolf Hübinger (Francfort-sur-l’Oder), Prof. Dr Ingrid Gilcher-Holtey (Bielefeld)
Présentation : Prof. Dr Thomas Kroll (Iéna)

Les intellectuels ont fortement influencé le développement de la société moderne. On peut dater son émergence de l'affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle lorsqu’Émile Zola et d'autres écrivains, artistes et scientifiques se mobilisèrent publiquement en France pour défendre les valeurs universelles des Lumières. Au cours du XXe siècle, les intellectuels ont régulièrement lutté pour des valeurs politiques. Cependant, leur histoire est ambivalente : certains intellectuels ont également légitimé des dictatures et ont véhiculé des idéologies totalitaires, alors que d'autres agirent en critiques éclairés et développèrent en temps de crise des concepts d’avenir pour la société. Quelle histoire les intellectuels ont-ils et que sont-ils aujourd'hui ? Quel rôle peuvent-ils jouer dans les crises sociétales en ce début de XXIe siècle ? Leur intervention se fait-elle toujours pour défendre des valeurs et proposer un savoir servant d'orientation ? En prenant l’exemple de la France et de l'Allemagne, ces questions seront discutées au cours de la table ronde par des experts reconnus.


Conférence
« Rouge » contre « Bleu », Trump contre Clinton
Les valeurs des États-Unis dans la campagne électorale de 2016

26 novembre, 14 h – Librairie Eckermann Weimar
Prof. Dr Michael Dreyer (Iéna)

Les élections aux États-Unis sont toujours passionnantes et importantes pour le monde entier. Mais rarement une année électorale a confronté les électeurs à des valeurs si radicalement différentes que l’année 2016. Donald Trump et Hillary Clinton représentent des visions radicalement opposées des États-Unis et du monde – et lors des primaires, ils ont dû faire face à des adversaires qui avaient également des idées normatives très différentes des leurs, en l’occurrence au socialiste Bernie Sanders et au fondamentaliste chrétien Ted Cruz. Depuis le 8 novembre, nous savons qui est le nouveaux président américain. Cette conférence passera en revue l’année électorale en se penchant notamment sur les valeurs religieuses et autres des candidats.

 

Table ronde
Twitter, Facebook, commentaires et compagnie
Quelles valeurs véhiculent les médias sociaux ?

26 novembre, 16 h – Librairie Eckermann Weimar
Georgios Chatzoudis (Düsseldorf), Christoph Kappes (Hambourg)
Présentation : Dr Nora Hilgert (Francfort-sur-le-Main)

Un aperçu des commentaires sur Internet, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en réponse à un article d'un grand quotidien ou hebdomadaire, peut étonner quant au ton utilisé. Des mots et insultes rarement employés dans la communication directe sont ici à l'ordre du jour. La franchise de certains messages surprend également. Alors, avons-nous besoin d'un code éthique sur Internet ou l’heure est-elle enfin venue de parler sans détour ? Cette discussion sera l’occasion pour les experts de se pencher sur les valeurs existant dans les médias sociaux afin de tenter de tirer des conclusions sur notre coexistence sociale.

 

Table ronde
carte blanche au journal Thüringische Landeszeitung
Au début était le Verbe...
La nouvelle traduction de la Bible luthérienne

26 novembre, 18 h – Salle Herder dans le Centre Herder de Weimar
Prof. Dr Christoph Kähler (Leipzig), Hardy Rylke (Weimar)
Présentation : Gerlinde Sommer (Weimar)
En collaboration avec la paroisse luthérienne évangélique de Weimar

Pour célébrer l'anniversaire de la Réforme de Luther, une nouvelle Bible luthérienne – fondamentale pour les Chrétiens protestants – voit le jour. Quelle est la particularité de cette nouvelle traduction ? Pourquoi de nombreuses choses ont été modernisées, mais de nombreuses autres retournent aux sources du texte ? C’est ce que nous expliquera Pr. Christoph Kähler, ancien évêque et Président du Comité directeur sur la révision de la Bible luthérienne, qui discutera avec Gerlinde Sommer, rédactrice en chef adjointe du journal régional de Thuringe TLZ.
Pourquoi la Bible luthérienne doit-elle être éditée environ tous les dix ans dans une nouvelle traduction ? Est-ce de l’ergotage ? S’agit-il de corriger les anciennes erreurs de traduction ? Pourquoi le texte écrit est-il si important ? Et qu’est-ce que cela signifie à une époque où la langue est si souvent maltraitée ? Pr. Kähler ne nous parlera pas uniquement de l’éloquence de Luther mais également du pouvoir des mots de manière générale ainsi que des transformations que la langue subit.
Le pasteur Hardy Rylke sera également présent à cette table ronde pour nous raconter où et comment se manifestent les textes bibliques dans la vie quotidienne des Chrétiens ainsi que l’influence que ces textes peuvent avoir.

 

Conférence et discussion
Quelle valeur ont les valeurs aujourd’hui ?
26 novembre, 20 h – Ecole de musique Johann Nepomuk Hummel Weimar
Friedrich Schorlemmer (Wittenberg)
Suivie d’une discussion avec le public animée par Fritz von Klinggräff (Genève)

Friedrich Schorlemmer a officié en tant qu’aumônier universitaire à Merseburg, professeur au séminaire protestant de Wittenberg et directeur d’études à l'Académie protestante. Il a co-fondé l'éveil démocratique et compte depuis 1990 parmi les plus importantes voix morales en Allemagne. Les valeurs du théologien et publiciste d’Allemagne de l’Est vont de Luther à Willy Brandt, de l'inconditionné de la foi aux conditions de la politique. Mais si le « pasteur de paix » de Wittenberg parle à présent de la « valeur des valeurs » à Weimar, il ne s’agit que du non-encore-réalisé : « La question des valeurs est aussi ancienne que la plainte de leur perte. »

 

Dimanche 27 novembre 2016

Table ronde
Le pape – un média ?
27 novembre, 11 h – Librairie Eckermann Weimar
Dr David Schmiedel (Magdebourg), Dr René Schlott (Potsdam), Thomas Kycia (Berlin)
Présentation : Bernd Karwen (Leipzig)

Près d’onze millions de personnes dans le monde suivent le Pape François sur Twitter. Les mots et gestes du Souverain Pontife font partie des principales nouvelles du jour. En quelques secondes, elles font le tour du monde et ne sont pas seulement relayées par la presse écrite et la télévision mais également par Internet. Les messages du pape atteignent tant les Catholiques et celles et ceux qui croient au Christ que les adeptes d'autres religions et les agnostiques du monde entier. Avec le développement des mass-médias, les Pontifes romains sont devenus eux-mêmes des médias dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans leurs messages, mais aussi et surtout sur leurs visages, dans leurs gestes et leur habitus, ils reflètent les craintes et les espoirs, les attentes et les expériences de nos sociétés et de communautés et de générations entières.

 

Table ronde
Un combat des cultures ?
Catholiques, protestants et laïques en Europe aux XIXe et XXe siècles

27 novembre, 12 h – Musée municipal Weimar
Prof. Dr Olaf Blaschke (Münster), Dr Christina Schröer (Freiburg), Prof. Dr Jochen-Christoph Kaiser (Marbourg)
Présentation : Prof. Dr Armin Owzar (Paris)

Pendant longtemps, les scientifiques ont défendu l’idée selon laquelle la religion et la foi étaient soumises à un processus irréversible de laïcisation depuis la Révolution française. Dû à l'intégrisme religieux en augmentation dans le monde, ce pronostic est devenue caduque. Aujourd'hui, nous le savons : même aux XIXe et XXe siècles, l'Europe a constamment été en proie à des luttes dites culturelles. En Europe centrale, Catholiques et Protestants se regardaient avec suspicion, en Europe occidentale et méridionale les Catholiques rivalisaient avec les Laïcs. Bien que ces luttes ne furent pas exemptes de joutes verbales parfois très agressives, ces groupes et ces communautés finirent peu à peu par trouver des arrangements. C’est pourquoi les participants à la table ronde se pencheront non seulement sur ces conflits mais également sur la manière dont ils furent surmontés.

 

Table ronde
Cathédrales du quotidien – Le sport comme substitut de religion ?
27 novembre, 13 h – Librairie Eckermann Weimar
Dr Eva Gajek (Giessen), Prof. Dr Gunter Gebauer (Berlin)
Présentation : Michael Hesse (Weimar)

Des fan-zones bondées, un visionnage public dans les rues, un merchandising pour les clubs et les équipes, des retransmissions en boucle de grands évènements sportifs : le football et co. sont plus que jamais présents dans notre vie quotidienne. On pourrait même dire que le culte de certains sportifs professionnels et la croyance en eux occupe à présent une place démesurée dans la vie de nombreuses personnes. Dans ce contexte, peut-on parler du « sport » comme un substitut de religion ? Cette impression est-elle exacerbée par la couverture médiatique ? Et comment ce phénomène s’est-il développé au XXe siècle ?

 

Table ronde
Carte blanche Association Weimarer Republik e.V.
Le succès des valeurs libérales – Erosion des partis libéraux ?
Le libéralisme politique à l’époque de Weimar et aujourd’hui

27 novembre, 14 h – Musée municipal Weimar
Prof. Dr Torsten Oppelland (Iéna), Dr Jürgen Frölich (Gummersbach)
Présentation : Dr Andreas Braune (Iéna)
En collaboration avec les archives du libéralisme de la Fondation Friedrich Naumann

Les valeurs libérales démocrates représentent depuis des années la base de la prospérité et de la paix en Occident. Malgré le succès évident de la démocratie et de la liberté, le parti libéral-démocrate allemand FDP a essuyé de nombreuses défaites électorales au cours de ces dernières années. La République de Weimar nous a déjà montré clairement que le triomphe des idées libérales n’était pas forcément synonyme du succès des partis libéraux. Paradoxalement, les partis libéraux semblent perdre leur influence politique dans les systèmes de démocratie libérale. Les participants à cette table ronde se pencheront sur cette théorie en comparant la situation des partis libéraux hier et aujourd’hui.

 

Conférence
L’inflation des valeurs
Le concept nietzschéen du « renversement » et l’éthique du présent

27 novembre, 15 h – Librairie Eckermann Weimar
Prof. Dr Gerhard Schweppenhäuser (Wurtzbourg)

Aujourd'hui, le terme de « valeur » est dans toutes les bouches : les valeurs européennes, les valeurs chrétiennes, les valeurs marchandes... Alors que les questions de valeurs économiques semblent objectives et prévisibles, les valeurs morales sont souvent controversées et parfois contradictoires. En cela, un coup d’œil sur l'œuvre de Nietzsche vaut la peine. Personne d’autre que lui n’a démontré avec une telle obsession à quel point les questions morales et économiques sont liées. En mettant l'accent sur la valeur (ou la « vertu ») de la justice, nous nous pencherons sur les arguments de Nietzsche pour tenter d’éclairer sous un nouveau jour les débats philosophiques concernant la valeur.

 

Conférence
Stéphane Hessel, Saint-John Perse et Henri Hoppenot -
Possibilités et limites de la diplomatie

27 novembre, 17 h – Librairie Eckermann Weimar
Dr Marc Sagnol (Erfurt)

Cette conférence se penche sur les « valeurs » dans le contexte diplomatique et présente trois diplomates français qui n'ont pas abandonné leurs valeurs, même à des époques politiques difficiles. Stéphane Hessel, ancien détenu de Buchenwald et qui plus tard devint ambassadeur de France, est bien connu du public de Weimar. Moins connu est le diplomate et écrivain Henri Hoppenot qui, dans sa fonction de haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, a aidé des écrivains allemands en exil puis a protesté contre la persécution des Juifs par le régime de Vichy et a rejoint le général De Gaulle. Nous nous pencherons également sur le cas du diplomate Alexis Léger, plus connu sous son nom de plume Saint-John Perse. Démis de la fonction publique française en 1940, il émigra aux Etats-Unis et reçut le prix Nobel de littérature en 1960.

 

Film + discussion
Kommen Rührgeräte in den Himmel?
(Les fouets électriques vont-ils au ciel ?)

27 novembre, 19 h – Librairie Eckermann Weimar
Reinhard Günzler (Berlin) présente son film
Suivi d’une discussion animée par Dr Nora Hilgert (Francfort-sur-le-Main)

Au cours de sa vie, chaque être humain amasse plus de 10 000 objets. Mais a-t-on vraiment besoin de tout ça ? Et pourquoi jette-t-on souvent un grand nombre de ces objets à la poubelle peu après leur acquisition pour aussitôt acheter quelque chose de nouveau ? Le documentaire « Les fouets électriques vont-ils au ciel ? » s’interroge sur le rapport de l'humain aux objets. Ainsi du légendaire fouet électrique RG 28. En RDA, 18 millions d’exemplaires furent fabriqués, presque indestructibles. Des appareils électriques possédant une telle espérance de vie n'existent plus aujourd'hui, explique le réalisateur Reinhard Günzler, mais ils nous manquent.
D, 2016, 101 min, Réalisation : Reinhard Günzler


« Ambassadeurs » dans le centre de Weimar
SchauSchau (Eisfeld), ReGalerie (Kaufstr.), Teeboutique et Delikates (Windischenstr. 23), Vom Fass (Kaufstr. 18), Kirchenladen (Herderplatz)

Pour la deuxième fois, les Rendez-vous de Weimar avec l’histoire collaborent avec des magasins et boutiques situés dans le centre de Weimar : La « ReGalerie », le « SchauSchau », « Tee Boutique », « Kirchenladen » ainsi que le magasin de vin et spiritueux « Vom Fass » sont nos « ambassadeurs » spéciaux, en amont du festival ainsi que le week-end du 25 au 27 novembre. Des informations sur les Rendez-vous de Weimar avec l’histoire sont disponibles dans ces magasins. De plus, vous pouvez découvrir de petites installations et actions sur le thème du festival « Croyances - Savoir - Valeurs ». Laissez-vous surprendre tout en faisant vos achats.


Exposition
SUPER(VISION) – Donner un avenir au passé
Buchenwald pris en photos par des jeunes venus d’Espagne et d’Allemagne

Librairie Eckermann Weimar
du 25 au 27 novembre 2016
de 10 à 19 h
En collaboration avec le Lycée Goethe de Weimar et l’Amicale de Mauthausen et autres camps de Vilanova

L'Association pour la mémoire de « Mauthausen et d'autres camps » située à Vilanova près de Barcelone a décerné pour la deuxième fois le prix Marceli Garriga. De jeunes Espagnols prennent en photo d’anciens camps de concentration comme Mauthausen, Dachau ou encore Buchenwald. Dans le cadre du partenariat avec le Lycée Goethe de Weimar, des lycéens de Weimar participent pour la première fois à ce concours et donnent leur vision personnelle et artistique de l'ancien camp de concentration situé sur la colline de l’Ettersberg. Un jury germano-espagnol a sélectionné les 20 meilleures photos qui sont exposées pendant les Rendez-vous de Weimar avec l’histoire.

 

-----

Pour plus d’informations : HUwww.weimarer-rendezvous.de
Entrée libre à tous les évènements.
Organisation : Ville de Weimar et Association des amis des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire

-----

Les Rendez-vous de Weimar avec l’histoire sont accompagnés par un cycle de cinéma